France: Concurrence à l'ère du numérique : la Commission Européenne publie son rapport

Last Updated: 6 June 2019
Article by August & Debouzy

Le 4 avril 2019, la Commission Européenne (ci-après « la Commission ») a publié un rapport préparé par un panel de trois académiciens sur le thème de la politique de concurrence à l'ère du numérique (ci-après « le Rapport »). Ce Rapport a pour ambition d'analyser les possibles adaptations du droit de la concurrence à l'ère du numérique afin de garantir l'innovation en faveur des consommateurs.

Lors de sa remise, Margrethe Vestager, commissaire européenne à la concurrence a déclaré que « la concurrence peut donc être fragile en cette ère numérique. Les occasions de défier des entreprises puissantes peuvent être rares. Les autorités doivent être particulièrement vigilantes, afin de s'assurer que ces entreprises n'abusent pas de leur pouvoir pour fermer des opportunités aux innovateurs au détriment des consommateurs »1.

Cette problématique a également interpellé les autorités françaises. Lors de sa visite au salon Viva Technology le 16 mai 2019, le Président Macron a déclaré qu'un accès règlementé et démocratique au « big data » privé ou public donnerait à l'Union Européenne et à ses entreprises un avantage concurrentiel par rapport  notamment à la Chine ou aux États-Unis. Selon lui, « [l]e modèle technologique chinois est trop centré sur l'État, alors que le modèle américain est uniquement piloté par des acteurs privés et n'est plus sous contrôle démocratique »2 .

Le Rapport s'articule autour de cinq thématiques :

- les principaux modes de fonctionnement des marchés à l'ère du numérique (I) ;

- les objectifs du droit de la concurrence de l'Union Européenne à l'ère du numérique et les méthodologies à utiliser (II) ;

- l'application des règles du droit de la concurrence aux plateformes (III) ;

- l'application des règles du droit de la concurrence aux données (IV) ; et

- la question d'une mise à jour du contrôle des concentrations en Europe (V).

  1. Les principaux modes de fonctionnement des marchés à l'ère du numérique
  2. Le panel s'est concentré sur l'analyse des principales caractéristiques de l'économie numérique :

    1. les rendements d'échelle extrêmes : le panel met en avant le coût de production des services numériques proportionnellement inférieur en comparaison du nombre de clients ;
    2. les externalités de réseau : les membres du panel constatent qu'offrir un meilleur service n'est pas suffisant pour les nouveaux entrants sur un marché, il faut arriver à inciter les utilisateurs à migrer vers leur nouvelle plateforme ;
    3. le rôle des données : la technologie a permis aux entreprises de collecter, stocker et d'exploiter un très grand nombre de données. Selon le panel, les données ne sont pas seulement un ingrédient indispensable en matière d'intelligence artificielle mais aussi un apport essentiel pour beaucoup de services en ligne, procédés de fabrication et en matière de logistique.

    La conséquence de ces caractéristiques rendent difficile le délogement des opérateurs dits « historiques », puisque les économies que procurent ces caractéristiques leur permettent d'appuyer leur position de force sur le marché. 

  3. Les objectifs du droit de la concurrence de l'Union Européenne à l'ère du numérique et les méthodologies à utiliser
  4. Pour répondre au défi du numérique, le Rapport ne préconise pas une refonte totale du droit de la concurrence. Les articles 101 et 102 du TFUE sont suffisants pour appréhender les pratiques anticoncurrentielles et sont en outre assez souples pour s'adapter aux défis posés par l'économie numérique.

    Le Rapport fait cependant plusieurs recommandations pour repenser l'application de ces principes dans le cadre de l'économie numérique :

    - le bien-être du consommateur : à l'ère des plateformes, les dommages subis par les utilisateurs, professionnels ou particuliers, ne peuvent être mesurés avec précision. C'est la raison pour laquelle les stratégies des plateformes dominantes qui visent à réduire la pression concurrentielle à laquelle elles sont confrontées devraient être interdites en l'absence de gains de bien-être des consommateurs clairement établis.

    - repenser la définition des marchés : le Rapport propose de réduire l'accent mis par la politique de concurrence « traditionnelle » sur la définition du marché pertinent. La définition du marché pertinent permet habituellement (i) d'identifier le périmètre à l'intérieur duquel s'exerce la concurrence entre entreprises et (ii) d'établir le cadre dans lequel la Commission applique la politique de la concurrence. Ce critère n'est plus totalement adapté à l'économie numérique. Le Rapport suggère en conséquence de porter une attention plus soutenue à l'identification des préjudices (« theories of harm ») et des stratégies anticoncurrentielles plutôt qu'à la définition du marché.

  5. L'application des règles du droit de la concurrence aux plateformes
  6. Le Rapport se penche sur les stratégies utilisées par les plateformes pour limiter les tentatives d'entrée sur le marché où elles sont actives ou pour étendre leurs pouvoirs sur les marchés voisins et la manière dont les autorités de concurrence devraient réagir. En d'autres termes, comment les plateformes agissent en tant que régulateurs et comment cela est susceptible d'entraver la concurrence. Le Rapport souligne qu'il est particulièrement important d'examiner les règles relatives aux plateformes lorsqu'il s'agit de plateformes dominantes qui pourraient être incitées à limiter la concurrence entre les vendeurs/utilisateurs de plateformes et qui pourraient tirer partie de leur pouvoir pour promouvoir leurs propres services.

    Il estime que les plateformes dominantes devraient être soumises à des obligations spécifiques pour s'assurer que l'établissement de leurs règles est favorable à la concurrence et pour permettre aux fournisseurs de services complémentaires d'opérer en partageant des données avec eux.

    La plainte actuelle de Spotify contre Apple devant la Commission est intéressante à cet égard. Spotify allègue qu'Apple à mis en place les règles de l'App Store (la seule place de marché d'applications pour les utilisateurs d'iPhone) pour promouvoir Apple Music aux dépens de Spotify, car Apple Music n'a pas besoin de se conformer à certaines règles de l'App Store comme Spotify le fait. Spotify affirme que ces règles rendent Spotify moins attractif pour les consommateurs.

    Par ailleurs, une attention particulière est portée sur les clauses de « most favoured nation » (ci-après « clauses MFN »)3. Elles garantissent le meilleur prix ou les meilleures conditions parmi celles disponibles sur le marché, ce qui aboutit, dans la plupart des cas, à une situation où l'offreur de services sur une plateforme ne peut (i) proposer des prix inférieurs sur son propre site ou (ii) proposer des prix inférieurs aux concurrents de la plateforme sur laquelle il vend déjà ses services4.

    En raison des très fortes externalités du réseau, l'avantage de l'opérateur historique par rapport à ses concurrents est important et le risque de distorsion de concurrence avéré. Le Rapport propose d'interdire les clauses MFN dites « trop larges » - les clauses qui limitent la revente des biens ou services à un prix inférieur (i) sur d'autres plateformes concurrentes et (ii) directement sur le site de l'offrant. Les clauses MFN « plus restreintes » (qui interdisent au revendeur de vendre les biens ou services à un prix inférieur uniquement sur son propre site) seraient autorisées seulement si la concurrence entre les différentes plateformes est suffisamment vigoureuse (s'il n'y a pas d'entreprise en position dominante sur le marché en question).

    L'interopérabilité entre les plateformes est également analysée dans le Rapport.

  7. l'application des règles du droit de la concurrence aux données
  8. L'accès à un important volume de données est aujourd'hui essentiel pour que les jeunes entreprises innovantes puissent concurrencer les géants du numérique. Or ces volumes de données sont en majorité contrôlés par les entreprises dominantes sur le marché. Si les entreprises dominantes restreignent l'accès aux données, ceci peut constituer un frein à l'entrée pour les nouveaux concurrents potentiels. Cette thématique a fait l'objet d'une attention particulière de la part des autorités nationales de concurrence. L'autorité française de concurrence ainsi que le Bundeskartellamt (autorité de concurrence allemande) ont publié en 2016 une étude « Competition Law and Data » dans laquelle ils appréhendent notamment les restrictions d'accès aux données sous l'aspect de l'abus de position dominante.

    Le Rapport estime cependant que le droit de la concurrence devrait traiter les problématiques d'accès aux données en dehors du champ d'application de l'article 102 du TFUE5. Aux yeux des auteurs, l'article 102 du TFUE n'est pas l'outil le mieux adapté pour traiter ces pratiques anticoncurrentielles, notamment lorsque les entreprises concurrentes ont besoin des données pour des utilisations qui ne sont pas liées au marché desservi par l'entreprise dominante (par exemple la création d'un algorithme d'intelligence artificielle). Le Rapport  suggère que dans ces cas spécifiques, les tribunaux/autorités devraient spécifier les conditions d'accès, voire une réglementation sectorielle spécifique.

    Le Rapport suggère que dans ces cas spécifiques, les tribunaux ainsi que les autorités nationales de concurrence devront déterminer si l'accès aux données est réellement indispensable (théorie de la facilité essentielle) et spécifier, selon les cas, les conditions d'accès aux données. Il prône également l'établissement d'une réglementation sectorielle spécifique et lance l'idée d'un futur règlement d'exemption par catégorie dans ce domaine.

    Le Rapport souligne également que le droit de la concurrence soulève des questions légitimes pour les concurrents qui cherchent à partager leurs données ou à entrer dans un pool de données, et que la règlementation devrait fournir davantage d'indications sur les cas où le partage de données et les pools de données peuvent être considérés comme proconcurrentiels.

  9. La question d'une mise à jour du contrôle des concentrations en Europe
  10. Aujourd'hui, le contrôle des concentrations est basé sur le critère du chiffre d'affaires, ce qui peut avoir pour effet d'exclure certaines transactions du contrôle des autorités de concurrence lorsqu'elles n'atteignent pas les seuils fixés par les législations nationales ou par le Règlement 139/2004.

    L'acquisition récente de Shazam par Apple en est un parfait exemple : la transaction n'a été examinée par la Commission que par le biais de requêtes formulées par plusieurs pays européen désireux que la Commission examine si l'acquisition de volumes de données importants (alors que l'opération n'était contrôlable qu'en Autriche), notamment de données potentiellement commercialement sensibles, n'était pas susceptible de restreindre la concurrence dans l'Espace Economique Européen6.

    Le Rapport met en garde contre la mise à jour des règles communautaires existantes en matière de contrôle des concentrations pour y inclure des critères fondés sur la valeur de la transaction (comme c'est le cas en Allemagne et en Autriche). Il conseille à la Commission d'évaluer d'abord le fonctionnement de ces régimes avant de modifier ses propres critères. Il convient de souligner que l'Autorité de la concurrence en France s'est par ailleurs opposée à l'introduction d'un seuil fondé sur la valeur de la transaction7 car il  introduirait une contrainte administrative forte sans permettre nécessairement de traiter toutes les opérations potentiellement problématiques qui ne sont pas actuellement contrôlées.

    Sont également examinées dans le Rapport les « killers acquisitions » c'est-à-dire celles où des entreprises innovantes sont achetées par un acteur important du marché, ce qui a pour effet de " tuer " le potentiel de concurrence de cette jeune entreprise.

    Il propose une grille d'analyse de ces opérations :

    1. L'acquéreur bénéficie-t-il de barrières à l'entrée liées aux effets de réseau ou à l'utilisation des données ? ;
    2. La cible est-elle une contrainte concurrentielle potentielle ou réelle ? ;
    3. Son élimination augmente-t-elle le pouvoir de marché notamment par des barrières à l'entrée accrues ? ;
    4. Si oui, la concentration est-elle justifiée par les gains d'efficacité ?.

    En pratique, il pourrait être délicat de démontrer l'absence d'effets négatifs d'une acquisition, étant donné la rapide évolution des marchés numériques et l'incapacité de prévoir l'impact probable de l'entreprise cible sur le marché. Par exemple, Google a acquis dans les dix dernières années plus de 200 entreprises : comment savoir lesquelles auraient pu prospérer et lesquelles auraient échoué ?

    À ce stade, la Commission ne s'est pas prononcée sur la mise en Suvre des recommandations du Rapport. Lors de sa remise la commissaire Vestager a précisé qu'il devra en premier lieu être discuté et débattu. Cela figurera sans doute en bonne place sur l'agenda de la prochaine Commission.

Footnote

1 Discours de Margrete Vestager, « Defending competition in a digitised world » European Consumer and Competition Day, Bucharest, 4 avril 2019

2 Viva Technology, Paris, 16 mai 2019

3 Clause de la nation la plus favorisée

4 Voir à cet égard les nombreuses affaires booking.com des dernières années

5 Article 102 du TFUE : « est incompatible avec le marché intérieur et interdit, dans la mesure où le commerce entre États membres est susceptible d'en être affecté, le fait pour une ou plusieurs entreprises d'exploiter de façon abusive une position dominante sur le marché intérieur ou dans une partie substantielle de celui-ci »

6 Communiqué de presse de la Commission Européenne « la Commission autorise le rachat de Shazam par Apple  » 6 septembre 2018

7 Communiqué de presse de l'Autorité de la concurrence "Modarnisation et simplification du contrôle des concentrations", 7 juin 2018

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
 
Some comments from our readers…
“The articles are extremely timely and highly applicable”
“I often find critical information not available elsewhere”
“As in-house counsel, Mondaq’s service is of great value”

Related Topics
 
Related Articles
 
Related Video
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Mondaq Free Registration
Gain access to Mondaq global archive of over 375,000 articles covering 200 countries with a personalised News Alert and automatic login on this device.
Mondaq News Alert (some suggested topics and region)
Select Topics
Registration (please scroll down to set your data preferences)

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including your content preferences, for three primary purposes (full details of Mondaq’s use of your personal data can be found in our Privacy and Cookies Notice):

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting to show content ("Content") relevant to your interests.
  • To enable features such as password reminder, news alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our content providers ("Contributors") who contribute Content for free for your use.

Mondaq hopes that our registered users will support us in maintaining our free to view business model by consenting to our use of your personal data as described below.

Mondaq has a "free to view" business model. Our services are paid for by Contributors in exchange for Mondaq providing them with access to information about who accesses their content. Once personal data is transferred to our Contributors they become a data controller of this personal data. They use it to measure the response that their articles are receiving, as a form of market research. They may also use it to provide Mondaq users with information about their products and services.

Details of each Contributor to which your personal data will be transferred is clearly stated within the Content that you access. For full details of how this Contributor will use your personal data, you should review the Contributor’s own Privacy Notice.

Please indicate your preference below:

Yes, I am happy to support Mondaq in maintaining its free to view business model by agreeing to allow Mondaq to share my personal data with Contributors whose Content I access
No, I do not want Mondaq to share my personal data with Contributors

Also please let us know whether you are happy to receive communications promoting products and services offered by Mondaq:

Yes, I am happy to received promotional communications from Mondaq
No, please do not send me promotional communications from Mondaq
Terms & Conditions

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd (Mondaq). Mondaq grants you a non-exclusive, revocable licence to access the Website and associated services, such as the Mondaq News Alerts (Services), subject to and in consideration of your compliance with the following terms and conditions of use (Terms). Your use of the Website and/or Services constitutes your agreement to the Terms. Mondaq may terminate your use of the Website and Services if you are in breach of these Terms or if Mondaq decides to terminate the licence granted hereunder for any reason whatsoever.

Use of www.mondaq.com

To Use Mondaq.com you must be: eighteen (18) years old or over; legally capable of entering into binding contracts; and not in any way prohibited by the applicable law to enter into these Terms in the jurisdiction which you are currently located.

You may use the Website as an unregistered user, however, you are required to register as a user if you wish to read the full text of the Content or to receive the Services.

You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these Terms or with the prior written consent of Mondaq. You may not use electronic or other means to extract details or information from the Content. Nor shall you extract information about users or Contributors in order to offer them any services or products.

In your use of the Website and/or Services you shall: comply with all applicable laws, regulations, directives and legislations which apply to your Use of the Website and/or Services in whatever country you are physically located including without limitation any and all consumer law, export control laws and regulations; provide to us true, correct and accurate information and promptly inform us in the event that any information that you have provided to us changes or becomes inaccurate; notify Mondaq immediately of any circumstances where you have reason to believe that any Intellectual Property Rights or any other rights of any third party may have been infringed; co-operate with reasonable security or other checks or requests for information made by Mondaq from time to time; and at all times be fully liable for the breach of any of these Terms by a third party using your login details to access the Website and/or Services

however, you shall not: do anything likely to impair, interfere with or damage or cause harm or distress to any persons, or the network; do anything that will infringe any Intellectual Property Rights or other rights of Mondaq or any third party; or use the Website, Services and/or Content otherwise than in accordance with these Terms; use any trade marks or service marks of Mondaq or the Contributors, or do anything which may be seen to take unfair advantage of the reputation and goodwill of Mondaq or the Contributors, or the Website, Services and/or Content.

Mondaq reserves the right, in its sole discretion, to take any action that it deems necessary and appropriate in the event it considers that there is a breach or threatened breach of the Terms.

Mondaq’s Rights and Obligations

Unless otherwise expressly set out to the contrary, nothing in these Terms shall serve to transfer from Mondaq to you, any Intellectual Property Rights owned by and/or licensed to Mondaq and all rights, title and interest in and to such Intellectual Property Rights will remain exclusively with Mondaq and/or its licensors.

Mondaq shall use its reasonable endeavours to make the Website and Services available to you at all times, but we cannot guarantee an uninterrupted and fault free service.

Mondaq reserves the right to make changes to the services and/or the Website or part thereof, from time to time, and we may add, remove, modify and/or vary any elements of features and functionalities of the Website or the services.

Mondaq also reserves the right from time to time to monitor your Use of the Website and/or services.

Disclaimer

The Content is general information only. It is not intended to constitute legal advice or seek to be the complete and comprehensive statement of the law, nor is it intended to address your specific requirements or provide advice on which reliance should be placed. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the Content for any purpose. All Content provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers hereby exclude and disclaim all representations, warranties or guarantees with regard to the Content, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. To the maximum extent permitted by law, Mondaq expressly excludes all representations, warranties, obligations, and liabilities arising out of or in connection with all Content. In no event shall Mondaq and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use of the Content or performance of Mondaq’s Services.

General

Mondaq may alter or amend these Terms by amending them on the Website. By continuing to Use the Services and/or the Website after such amendment, you will be deemed to have accepted any amendment to these Terms.

These Terms shall be governed by and construed in accordance with the laws of England and Wales and you irrevocably submit to the exclusive jurisdiction of the courts of England and Wales to settle any dispute which may arise out of or in connection with these Terms. If you live outside the United Kingdom, English law shall apply only to the extent that English law shall not deprive you of any legal protection accorded in accordance with the law of the place where you are habitually resident ("Local Law"). In the event English law deprives you of any legal protection which is accorded to you under Local Law, then these terms shall be governed by Local Law and any dispute or claim arising out of or in connection with these Terms shall be subject to the non-exclusive jurisdiction of the courts where you are habitually resident.

You may print and keep a copy of these Terms, which form the entire agreement between you and Mondaq and supersede any other communications or advertising in respect of the Service and/or the Website.

No delay in exercising or non-exercise by you and/or Mondaq of any of its rights under or in connection with these Terms shall operate as a waiver or release of each of your or Mondaq’s right. Rather, any such waiver or release must be specifically granted in writing signed by the party granting it.

If any part of these Terms is held unenforceable, that part shall be enforced to the maximum extent permissible so as to give effect to the intent of the parties, and the Terms shall continue in full force and effect.

Mondaq shall not incur any liability to you on account of any loss or damage resulting from any delay or failure to perform all or any part of these Terms if such delay or failure is caused, in whole or in part, by events, occurrences, or causes beyond the control of Mondaq. Such events, occurrences or causes will include, without limitation, acts of God, strikes, lockouts, server and network failure, riots, acts of war, earthquakes, fire and explosions.

By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions