United Arab Emirates: Levées de fonds en cryptomonnaies (ICO) : anticipation des risques contentieux

Les problématiques juridiques liées aux cryptomonnaies prennent une nouvelle dimension avec le succès récent des Initial Coin Offerings («ICO» en référence à l'acronyme anglo-saxon des «IPO» pour les introductions en bourse classiques). Une ICO mêle cryptomonnaies et crowdfunding, en vue de fi nancer le développement d'un projet (existant ou en germe). Elle consiste, pour une société ou un porteur de projet, à lever des fonds par l'émission et la vente d'actifs numériques communément appelés «tokens» (pour jeton en anglais).

Ce nouveau mode de fi nancement se développe depuis 2016. En 2017, 3,8 milliards de dollars auraient ainsi été levés1. Au milieu de l'année 2018, les fonds levés s'élèveraient déjà à près du double : 6,3 milliards de dollars2.

Sur le plan juridique, ces opérations soulèvent des problématiques inédites, qui, ne sont pas à ce jour traitées par la réglementation applicable, mais qu'il est d'ores et déjà possible de cerner.

L'Autorité des marchés fi nanciers (AMF) a lancé en automne 2017 une consultation publique afi n de recueillir l'avis des parties prenantes sur différentes pistes d'encadrement envisageables, dont les conclusions, publiées le 22 février 20183, vont conduire le régulateur à préconiser une réglementation spécifi que aux opérations d'ICO (notamment la mise en place d'un régime de visa optionnel). Celle-ci s'insérera probablement dans le cadre de la loi relative au Plan d'action pour la croissance et la transformation des entreprises (dite «loi Pacte») à venir mais la présentation du projet a été ajournée.

Dans cette attente, la confrontation d'une pratique novatrice avec le cadre strict d'un droit qui peut apparaître désuet en la matière a pour conséquence prévisible un accroissement des risques contentieux : le risque d'une perte totale de l'investissement est double, imputable, d'une part, à l'échec du projet fi nancé par une ICO, d'autre part aux fl uctuations du cours des cryptomonnaies. L'examen des problématiques juridiques soulevées par les caractéristiques d'un token permet de distinguer les responsabilités de l'émetteur, de ses dirigeants et de ses conseils, dans l'hypothèse où la législation et les tribunaux français sont compétents.

Le risque d'une perte totale de l'investissement

Dans le cadre d'une ICO, les tokens sont émis de manière automatisée, à l'appui d'un «smart contract» (code informatique souvent librement consultable), en contrepartie d'un paiement en cryptomonnaies (généralement en Bitcoin, en Ether ou en NEO) et parfois également en monnaies ayant cours légal. Ils sont souvent acquis dans un laps de temps assez court (jusqu'à quelques secondes dans certains cas).

Les ICO réalisées à ce jour permettent de relever trois principaux types de tokens émis, dont les caractéristiques sont habituellement décrites dans le «white paper» des émetteurs (document qui décrit l'opération à la manière d'un prospectus boursier) :

  • les tokens d'usage (ou «utility tokens»), qui sont des jetons conférant à leur titulaire un droit d'usage, généralement de la technologie ou des services de l'émetteur. Il s'agit à ce jour de la majorité des tokens émis dans le cadre d'ICO ;
  • les tokens conférant des droits fi nanciers ou des droits politiques, qui sont des jetons permettant à leur titulaire d'émettre des votes dans le cadre d'un projet particulier ou encore de bénéfi cier de dividendes ou d'un rendement fonction d'un projet. Les émissions de tels tokens ne sont pas courantes à ce jour, mais certaines ICO ayant eu lieu hors de France pourraient s'apparenter à cette catégorie ;
  • les «asset tokens», qui sont des tokens conférant un droit de propriété sur un ou plusieurs actif(s) sous-jacent(s) (bien immobilier, devises, métaux, etc.). Ici, un ou des actifs «réels» sont numériquement décomposés en un certain nombre de tokens, qui donnent chacun un droit de copropriété sur cet ou ces actifs. Cependant, chaque émission peut donner lieu à l'émission de tokens particuliers, susceptibles de revêtir des caractéristiques variées (tokens représentant des points de fi délité, tokens de réputation, etc.). Il convient en outre de noter que certains actifs numériques ne confèrent aucun droit particulier, sauf à être utilisés dans un protocole particulier. C'est le cas des cryptomonnaies les plus connues à ce jour : le Bitcoin (pouvant être utilisé dans le protocole éponyme) et l'Ether (pouvant être utilisé sur le protocole Ethereum).

Les responsabilités de l'émetteur et de ses dirigeants

Une personne, physique ou morale, qui, dans le cadre d'une ICO, a acquis des tokens, est susceptible d'engager la responsabilité civile de la société émettrice, voire de ses dirigeants, en cas d'échec du projet susceptible d'être ainsi fi nancé. De même, en droit pénal, un acheteur de tokens pourrait porter plainte pour tromperie sur la nature, l'espèce, les qualités substantielles, la composition ou la teneur de la chose objet du contrat. La qualifi cation pénale d'escroquerie pourrait également être envisagée. Il s'agit là de risques manifestes.

D'autres fondements, plus connexes, ne doivent pas être négligés quant à la responsabilité de l'émetteur et de ses dirigeants. Quatre seront ici développés.

En matière boursière, une ICO pourrait être requalifi ée en offre au public de titres fi nanciers et l'émetteur qualifi é d'«intermédiaire en biens divers».

S'agissant de l'offre au public de titres fi nanciers, l'AMF l'a écartée pour les ICO réalisées à ce jour mais prône, dans l'attente d'une réglementation spécifi que, une analyse au cas par cas, afi n de déterminer si les tokens entrent dans la catégorie des titres fi nanciers. Ainsi, un token qui conférerait des droits fi nanciers ou politiques analogues à des actions serait qualifi é de titre fi nancier et impliquerait l'obligation d'établir un prospectus, visé par l'AMF, préalablement à toute offre au public. Dans son document de synthèse, l'AMF relève en outre que «l'analyse juridique d'un token ne saurait être purement formelle, l'absence de certaines caractéristiques classiques des actions, comme le droit au boni de liquidation ou le droit de vote, ne saurait, à elle seule, exclure nécessairement la qualifi - cation de titre de capital». Les émetteurs et leurs dirigeants réalisant illégalement une offre au public de titres fi nanciers sous la forme d'une ICO pourraient être sanctionnés par l'AMF et par les juridictions répressives (d'autant plus si de fausses informations ou informations trompeuses ont été diffusées dans le cadre du white paper). S'agissant de l'intermédiation en biens divers, l'AMF semble considérer que les ICO pourraient relever des deux types de régime (dits «IBD1» et «IBD2») qui encadrent cette activité et entrent dans son champ de compétence :

  • d'une part, «dans le cas où une ICO prévoit que les acquéreurs de tokens n'en assurent pas eux-mêmes la gestion» ou soit qu'ils bénéfi cient d'une «faculté de reprise ou d'échange et la revalorisation du capital investi» ;
  • d'autre part, si l'ICO considérée met en avant la «possibilité d'un rendement fi nancier direct ou indirect», autrement dit la valorisation du jeton, ce qui est le cas pour les tokens conférant des droits fi nanciers et ce qui pourrait être le cas pour les «asset tokens».

Ces requalifications constituent un risque pour l'émetteur et ses dirigeants qui, dépourvus de l'agrément AMF correspondant à ces activités, pourraient être sanctionnés. On notera que la synthèse de la consultation de l'AMF écarte la qualifi cation de fi nancement participatif, qui aurait impliqué l'intervention obligatoire d'un conseiller en investissement participatif pour organiser l'ICO.

Par ailleurs dans une majorité des ICO réalisées, l'émetteur pro pose à la vente des tokens d'usage qui ont pour fi nalité d'être utilisés en contrepartie d'un service mis en place par l'émetteur. La responsabilité de ce dernier pourrait, dans cette perspective, être engagée à deux titres : le droit de la consommation et le droit fi scal.

Les services attachés à un token peuvent s'adresser à des consommateurs (quand bien même le white paper le réserverait à un public professionnel). L'AMF a d'ailleurs relevé dans la synthèse de la consultation publiée le 22 février 2018 que «la directive 2000/31/CE sur le commerce électronique du 8 juin 2000, la directive 2011/83/EU relative au droit des consommateurs du 25 octobre 2011 et les dispositions du Code de la consommation relatives aux clauses abusives sont citées comme potentiellement applicables aux opérations d'ICO». Ainsi, une ICO pourrait aussi entrer dans le champ d'application du droit de la consommation ce qui implique l'obligation d'information précontractuelle, l'interdiction des clauses dites abusives, et le droit de rétractation du consommateur.

Le traitement fi scal et comptable des ICO doit également être appréhendé. Si, par exemple, des tokens dits d'usage sont émis, ils ont pour fi nalité d'être utilisés en contrepartie de la fourniture d'un service par l'émetteur ; ainsi, les fonds récoltés pourraient s'analyser en un chiffre d'affaires qui relèverait tant de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) que de l'impôt sur les sociétés (IS). La fi scalité sur une telle levée de fonds conduirait l'émetteur à rétrocéder près de 50 % des sommes levées (partant du principe d'un taux de TVA à 20 % et d'un taux d'IS à 28 %/33 1/3 %). L'application stricte des règles fi scales applicables, dont l'évitement pourrait entraîner des conséquences lourdes pour les émetteurs (redressement fi scal avec pénalités, majorations, le cas échéant condamnation pour fraude ou évasion fi scale, etc.), découragerait toute ICO relevant de l'application du droit français.

Par ailleurs, au regard de la majorité des ICO intervenues à ce jour, une pratique usuelle consiste à attribuer gratuitement des tokens aux fondateurs et à certains de ses salariés. Ces attributions visent à motiver et fi déliser les fondateurs et salariés clés de l'émetteur, ou encore à les récompenser du travail effectué en cas de succès du projet. La valeur des jetons peut varier considérablement à court terme. Dans la mesure où ils sont attribués aux salariés et mandataires sociaux de l'émetteur, se pose la question des charges sociales et de l'impôt applicables à ce titre. Là encore, en l'état de la réglementation qui n'appréhende pas la spécifi cité des ICO, le risque n'est pas théorique.

Le traitement comptable, fi scal et social des ICO, en concertation avec les administrations concernées, mais aussi l'ANC et la CNCC, doit être précisé afi n de doter la France d'un régime approprié et pertinent qui évitera la fuite des projets vers l'étranger.

Les responsabilités des conseils

En premier lieu, les conseils (banquier, expert-comptable, codeurs, avocat notamment) qui assistent l'émetteur sont susceptibles d'être impliqués par ricochet puisqu'ils l'auront assisté dans l'élaboration et la mise en oeuvre de l'opération (structuration, pricing du token, développement du code du smart contract de l'ICO, etc.) et dans la rédaction du white paper. L'action directe d'un acquéreur de tokens déçu serait vraisemblablement irrecevable, faute d'intérêt à agir à leur encontre. En revanche, l'initiateur de l'ICO, incriminé par ce même acheteur, ou par l'AMF, pourrait se retourner contre ses conseils et engager leur responsabilité, s'il n'a pas été préalablement informé des risques encourus ou conseillé de manière appropriée.

En second lieu, la responsabilité du PSI qui conseille à un client d'investir dans une ICO pourrait être engagée. La jurisprudence, classique, dans un cadre tant civil que répressif, quant à l'obligation d'information pesant sur le PSI, trouvera à s'appliquer avec une acuité particulière. Certes, le PSI n'est pas tenu d'informer son client professionnel ni des caractéristiques des instruments fi nanciers, ni des risques engendrés par l'opération. Cependant, la notion de professionnel (ou d'opérateur averti) fait référence à des profi ls variés d'investisseurs. Plus encore, faute d'expérience dans ces opérations inédites, le critère de récurrence des opérations effectuées semble diffi cilement pertinent. Ainsi, l'obligation pour le PSI de s'informer de la connaissance et de la situation du client est susceptible d'évoluer pour s'ajuster au caractère novateur et spéculatif d'un investissement en cryptomonnaies. En défi nitive, anticiper un potentiel litige implique pour le PSI de réévaluer, par un suitability test particulier, l'adéquation de ses services pour chaque client intéressé par une ICO et de formaliser sa connaissance des enjeux et des risques.

La confrontation des ICO avec le droit constant en France ouvre d'autres problématiques. Notons à titre d'exemple l'application possible de la réglementation relative aux services de paiements qui impliquerait un contrôle de l'ACPR, ou celle relative à la législation sur la protection des données personnelles (notamment du RGPD, directive européenne publiée qui doit entrer en vigueur dans les Etats membres le 25 mai 2018).

Footnotes

1 Statistiques du site www.coinschedule.com.

2. Les Echos, 19 avril 2018.

3. http://www.amf-france.org/Actualites/Communiques-de-presse/AMF/annee-2018?docId=workspace%3A %2F %2FSpacesStore %2F57711a6c-4494-4215-993b-716870ffb182.

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
 
In association with
Related Topics
 
Related Articles
 
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Mondaq Free Registration
Gain access to Mondaq global archive of over 375,000 articles covering 200 countries with a personalised News Alert and automatic login on this device.
Mondaq News Alert (some suggested topics and region)
Select Topics
Registration (please scroll down to set your data preferences)

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including your content preferences, for three primary purposes (full details of Mondaq’s use of your personal data can be found in our Privacy and Cookies Notice):

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting to show content ("Content") relevant to your interests.
  • To enable features such as password reminder, news alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our content providers ("Contributors") who contribute Content for free for your use.

Mondaq hopes that our registered users will support us in maintaining our free to view business model by consenting to our use of your personal data as described below.

Mondaq has a "free to view" business model. Our services are paid for by Contributors in exchange for Mondaq providing them with access to information about who accesses their content. Once personal data is transferred to our Contributors they become a data controller of this personal data. They use it to measure the response that their articles are receiving, as a form of market research. They may also use it to provide Mondaq users with information about their products and services.

Details of each Contributor to which your personal data will be transferred is clearly stated within the Content that you access. For full details of how this Contributor will use your personal data, you should review the Contributor’s own Privacy Notice.

Please indicate your preference below:

Yes, I am happy to support Mondaq in maintaining its free to view business model by agreeing to allow Mondaq to share my personal data with Contributors whose Content I access
No, I do not want Mondaq to share my personal data with Contributors

Also please let us know whether you are happy to receive communications promoting products and services offered by Mondaq:

Yes, I am happy to received promotional communications from Mondaq
No, please do not send me promotional communications from Mondaq
Terms & Conditions

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd (Mondaq). Mondaq grants you a non-exclusive, revocable licence to access the Website and associated services, such as the Mondaq News Alerts (Services), subject to and in consideration of your compliance with the following terms and conditions of use (Terms). Your use of the Website and/or Services constitutes your agreement to the Terms. Mondaq may terminate your use of the Website and Services if you are in breach of these Terms or if Mondaq decides to terminate the licence granted hereunder for any reason whatsoever.

Use of www.mondaq.com

To Use Mondaq.com you must be: eighteen (18) years old or over; legally capable of entering into binding contracts; and not in any way prohibited by the applicable law to enter into these Terms in the jurisdiction which you are currently located.

You may use the Website as an unregistered user, however, you are required to register as a user if you wish to read the full text of the Content or to receive the Services.

You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these Terms or with the prior written consent of Mondaq. You may not use electronic or other means to extract details or information from the Content. Nor shall you extract information about users or Contributors in order to offer them any services or products.

In your use of the Website and/or Services you shall: comply with all applicable laws, regulations, directives and legislations which apply to your Use of the Website and/or Services in whatever country you are physically located including without limitation any and all consumer law, export control laws and regulations; provide to us true, correct and accurate information and promptly inform us in the event that any information that you have provided to us changes or becomes inaccurate; notify Mondaq immediately of any circumstances where you have reason to believe that any Intellectual Property Rights or any other rights of any third party may have been infringed; co-operate with reasonable security or other checks or requests for information made by Mondaq from time to time; and at all times be fully liable for the breach of any of these Terms by a third party using your login details to access the Website and/or Services

however, you shall not: do anything likely to impair, interfere with or damage or cause harm or distress to any persons, or the network; do anything that will infringe any Intellectual Property Rights or other rights of Mondaq or any third party; or use the Website, Services and/or Content otherwise than in accordance with these Terms; use any trade marks or service marks of Mondaq or the Contributors, or do anything which may be seen to take unfair advantage of the reputation and goodwill of Mondaq or the Contributors, or the Website, Services and/or Content.

Mondaq reserves the right, in its sole discretion, to take any action that it deems necessary and appropriate in the event it considers that there is a breach or threatened breach of the Terms.

Mondaq’s Rights and Obligations

Unless otherwise expressly set out to the contrary, nothing in these Terms shall serve to transfer from Mondaq to you, any Intellectual Property Rights owned by and/or licensed to Mondaq and all rights, title and interest in and to such Intellectual Property Rights will remain exclusively with Mondaq and/or its licensors.

Mondaq shall use its reasonable endeavours to make the Website and Services available to you at all times, but we cannot guarantee an uninterrupted and fault free service.

Mondaq reserves the right to make changes to the services and/or the Website or part thereof, from time to time, and we may add, remove, modify and/or vary any elements of features and functionalities of the Website or the services.

Mondaq also reserves the right from time to time to monitor your Use of the Website and/or services.

Disclaimer

The Content is general information only. It is not intended to constitute legal advice or seek to be the complete and comprehensive statement of the law, nor is it intended to address your specific requirements or provide advice on which reliance should be placed. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the Content for any purpose. All Content provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers hereby exclude and disclaim all representations, warranties or guarantees with regard to the Content, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. To the maximum extent permitted by law, Mondaq expressly excludes all representations, warranties, obligations, and liabilities arising out of or in connection with all Content. In no event shall Mondaq and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use of the Content or performance of Mondaq’s Services.

General

Mondaq may alter or amend these Terms by amending them on the Website. By continuing to Use the Services and/or the Website after such amendment, you will be deemed to have accepted any amendment to these Terms.

These Terms shall be governed by and construed in accordance with the laws of England and Wales and you irrevocably submit to the exclusive jurisdiction of the courts of England and Wales to settle any dispute which may arise out of or in connection with these Terms. If you live outside the United Kingdom, English law shall apply only to the extent that English law shall not deprive you of any legal protection accorded in accordance with the law of the place where you are habitually resident ("Local Law"). In the event English law deprives you of any legal protection which is accorded to you under Local Law, then these terms shall be governed by Local Law and any dispute or claim arising out of or in connection with these Terms shall be subject to the non-exclusive jurisdiction of the courts where you are habitually resident.

You may print and keep a copy of these Terms, which form the entire agreement between you and Mondaq and supersede any other communications or advertising in respect of the Service and/or the Website.

No delay in exercising or non-exercise by you and/or Mondaq of any of its rights under or in connection with these Terms shall operate as a waiver or release of each of your or Mondaq’s right. Rather, any such waiver or release must be specifically granted in writing signed by the party granting it.

If any part of these Terms is held unenforceable, that part shall be enforced to the maximum extent permissible so as to give effect to the intent of the parties, and the Terms shall continue in full force and effect.

Mondaq shall not incur any liability to you on account of any loss or damage resulting from any delay or failure to perform all or any part of these Terms if such delay or failure is caused, in whole or in part, by events, occurrences, or causes beyond the control of Mondaq. Such events, occurrences or causes will include, without limitation, acts of God, strikes, lockouts, server and network failure, riots, acts of war, earthquakes, fire and explosions.

By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions