Canada: Pas d'exception à la règle pour la prescription applicable en matière de réclamation des comptes d'honoraires d'avocats

Last Updated: June 28 2017
Article by Nikolas Blanchette, Martin Sheehan and Marcelo Ciecha

Le 9 juin 2017, la Cour suprême du Canada s'est penchée sur le point de départ de la prescription en matière de réclamation d'honoraires professionnels d'avocats dans l'arrêt Pellerin Savitz s.e.n.c.r.l. c. Guindon, 2017 CSC 29.

Dans cette affaire, un cabinet d'avocats (le « cabinet ») a émis cinq (5) factures à son client, la dernière ayant été transmise le 1er mars 2012. Les services ont été rendus par le cabinet entre septembre 2011 et février 2012. Le client a mis fin au contrat avec le cabinet le 21 mars 2012. Outre son dépôt initial et un paiement partiel subséquent, le client n'a jamais payé l'entièreté des factures émises.

Une convention d'honoraires est conclue entre le cabinet et le client (la « convention »), selon laquelle toute facture est payable dans les trente (30) jours. À défaut par le client de payer dans ce délai, les intérêts commenceraient à courir dès le trente-et-unième (31e) jour.

Les trois (3) premières factures prévoyaient qu'elles étaient payables sur réception et les deux (2) dernières prévoyaient un délai de grâce de trente (30) jours. Le plus haut tribunal du pays ne s'est pas attardé sur l'incongruité entre les trois (3) premières factures et la convention. Elle a plutôt donné préséance aux termes de la convention pour les fins de son analyse.

Le cabinet a intenté le recours contre son client le 12 mars 2015, réclamant le paiement des cinq (5) factures. La Cour du Québec a fait droit à l'exception d'irrecevabilité du client en décidant que le recours était prescrit. La Cour d'appel a accueilli l'appel uniquement en ce qui concerne la dernière facture, vu qu'en raison de la convention, celle-ci n'est devenue exigible que trente (30) jours après l'émission de la dernière facture, soit moins de trois (3) ans avant le dépôt des procédures.

La Cour suprême a rejeté l'appel du cabinet fondé sur l'argument qu'en matière de réclamation d'honoraires professionnels d'avocats, le délai de prescription commence à courir à la fin du mandat. Selon la Cour, le point de départ de la prescription du recours en réclamation d'honoraires professionnels d'avocats est une question factuelle dont la détermination découle des faits propres à chaque cas. En l'espèce, le fait que des factures avaient été émises avant la fin du mandat et les termes de la convention constituent des éléments factuels déterminants.

Le rôle et le calcul de la prescription extinctive

La Cour suprême a rappelé que la prescription a un rôle important consistant à éviter les contestations judiciaires qui seraient caractérisées par la confusion et l'incertitude en raison de leur ancienneté et de sanctionner la négligence du titulaire d'un droit :

« [10]  La prescription extinctive « est un moyen d'éteindre un droit par non-usage ou d'opposer une fin de non-recevoir à une action » (art. 2921 C.c.Q.). Elle est « considérée comme indispensable à l'ordre social » en raison des deux rôles cruciaux qu'elle est appelée à jouer (P. Martineau, La prescription (1977), par. 235). D'une part, elle permet d'éviter « les contestations judiciaires qui, à cause de l'ancienneté des faits qui s'y rapportent, seraient caractérisées par la confusion et l'incertitude » (ibid.). Cette considération est particulièrement importante « [d]ans une société moderne, basée sur la rapidité et la stabilité des échanges économiques », où « [l]e droit doit, au bout d'un certain temps, acquérir une certitude permettant de cristalliser la situation juridique et de consolider le droit des parties et des tiers » (J.-L. Baudouin, P. Deslauriers et B. Moore, La responsabilité civile (8e éd. 2014), no 1‑1294). D'autre part, elle permet de sanctionner la négligence du titulaire de droit, dont le silence « équivaut à un abandon » (P.-B. Mignault, Le droit civil canadien (1916), t. 9, p. 336) ».

Par ailleurs, la Cour suprême a rappelé qu'en matière contractuelle, la prescription extinctive est tributaire de la naissance du droit d'action, un élément factuel qui varie selon les circonstances et, plus particulièrement, selon les modalités du contrat entre les parties1.

Ainsi, il n'y a pas de point de départ uniforme pour calculer la prescription extinctive en matière de recouvrement d'honoraires professionnels d'avocats :

« [13] [...] Contrairement à ce que prétend l'avocat en l'espèce, le point de départ de la prescription n'est pas uniforme en matière de recouvrement d'honoraires professionnels d'avocats. Il dépend plutôt de la date à laquelle le droit d'action a pris naissance, date qui varie en fonction des circonstances propres à chaque cas ».

Le report de l'exigibilité de l'obligation

Une clause contractuelle qui reporte l'exigibilité des paiements à trente (30) jours suivant l'émission des factures fait en sorte que le délai de prescription court à compter du trente-et-unième (31e) jour suivant l'émission des factures :

« [14] En l'espèce, la convention d'honoraires intervenue entre les parties fixe le moment auquel l'obligation de paiement de l'intimé devient exigible. Elle précise que « [t]oute facturation est payable dans les trente (30) jours » (d.a., p. 79). Ce terme suspensif reporte l'exigibilité du paiement, et donc le point de départ du délai de prescription, au 31e jour suivant l'envoi de chaque facture ».

L'argument du cabinet selon lequel les paiements étaient dus mais non exigibles n'a pas été retenu par la Cour :

« [19] En somme, selon une telle approche, un avocat devrait remettre au gouvernement les taxes correspondant aux sommes facturées à son client sans pouvoir se faire payer ni cesser d'agir avant la fin du contrat. Suivant la position catégorique adoptée par l'appelant, ces conséquences s'étendraient à tous les contrats conclus par un avocat et son client. Je ne puis concevoir que ce soit là l'état du droit, et encore moins le reflet d'une gestion efficace et sensée d'une pratique professionnelle ».

Le contrat entre l'avocat et le client n'est pas un contrat d'entreprise

Le report systématique du point de départ de la prescription prévu à l'article 2116 du Code civil du Québec est inapplicable au contrat entre l'avocat et son client. En effet, l'avocat ne crée aucun ouvrage, même intellectuel, pour le compte de son client. Il fournit plutôt des services pendant une période donnée :

« [25] Aussi, cette notion de « fin des travaux » ou de « fin du mandat » qu'invoque ici l'appelant est inapplicable aux contrats intervenant entre un avocat et son client, lesquels ne visent pas la réalisation d'un ouvrage. La nature du travail d'un avocat consiste à offrir ses services pendant une certaine période, et non à livrer à un client un « produit fini » que ce dernier pourra utiliser. Parfois, son rôle est également de représenter ce client devant les tribunaux. Le contrat conclu par un avocat et son client peut donc être qualifié de contrat de services, de mandat, ou de contrat mixte, selon la nature des services rendus (Baudouin, Deslauriers et Moore, no 2‑124; M.D. c. Plante, 2009 QCCS 6113, par. 34 (CanLII); Bailey c. Fasken Martineau DuMoulin s.r.l., [2005] R.R.A. 842 (C.S.), p. 847; Bérocan inc. c. Masson, [1999] R.J.Q. 195 (C.S.), p. 198). Ce n'est par contre pas un contrat d'entreprise ».

Ne bénéficiant d'aucun régime particulier, le contrat entre l'avocat et son client répond aux règles générales de la prescription et le point de départ de la prescription applicable à ce type de contrat doit être déterminé selon les circonstances applicables. Ainsi, si les factures sont envoyées après le rendement des services ou la fin du mandat, la prescription commence à courir en tenant compte du moment où elles sont transmises :

« [28] Ainsi, les décisions qui ont retenu la fin du contrat comme point de départ de la prescription ont pour la plupart été rendues dans des affaires où, à la différence du cas qui nous occupe, les factures avaient été envoyées après que le contrat de l'avocat ou du professionnel en question ait pris fin. Comme aucune convention n'établissait le moment de l'exigibilité des obligations, il était donc possible pour les tribunaux de conclure, sur la base des circonstances propres à chaque cas, que l'avocat ou le professionnel concerné pouvait alors poursuivre son client à partir de la date du dernier service rendu [...] ».

Au surplus, la Cour suprême rejette l'argument du cabinet voulant que les obligations déontologiques découlant de la relation avocat-client résultent en une impossibilité en fait d'agir contre un client pour des comptes en souffrance tant que l'avocat agit pour celui-ci. La situation crée un dilemme qui ne sera pas facile à résoudre pour l'avocat, mais non une impossibilité en fait d'agir :

« [35] Toutefois, cette situation n'entraîne pas une impossibilité en fait d'agir qui suspend la prescription. Elle impose plutôt un choix à l'avocat : soit laisser courir la prescription en continuant de représenter son client malgré le défaut de paiement, soit réclamer ses honoraires devant les tribunaux en cessant d'agir pour ce dernier comme le lui permet le Code de déontologie des avocats (art. 48). Tout aussi difficile que ce choix puisse parfois être, il s'offre néanmoins à l'avocat, comme en témoignent les requêtes présentées régulièrement devant les chambres de pratique des tribunaux du Québec par des avocats qui désirent cesser d'occuper pour un client en raison du non-paiement de leurs honoraires. Une impossibilité en fait d'agir ne saurait découler d'un choix rationnel dont dispose un créancier et que ce dernier exerce librement et en toute connaissance de cause (Roy c. Fonds d'assurance responsabilité professionnelle du Barreau du Québec, 2009 QCCA 459, par. 3 (CanLII); voir aussi Dehkissia c. Kaliaguine, 2011 QCCA 84, par. 36 (CanLII)) ».

Il découle de l'analyse de la Cour suprême que les avocats doivent s'assurer que leurs honoraires sont payés de façon régulière. En l'absence d'un tel paiement, ils devront faire un choix entre 1) laisser courir la prescription en continuant de représenter le client malgré le défaut de paiement ou 2) réclamer ses honoraires devant les tribunaux et cesser d'agir pour ce dernier.

Cet arrêt de la Cour suprême aura une incidence certaine sur l'industrie des services juridiques, mais également sur les entreprises et professionnels qui agissent comme prestataires de services et qui facturent leurs clients sur une base régulière. 

Footnote  

1       Pellerin Savitz s.e.n.c.r.l. c. Guindon, 2017 CSC 29, par. 12.

The content of this article is intended to provide a general guide to the subject matter. Specialist advice should be sought about your specific circumstances.

To print this article, all you need is to be registered on Mondaq.com.

Click to Login as an existing user or Register so you can print this article.

Authors
 
In association with
Related Topics
 
Related Articles
 
Related Video
Up-coming Events Search
Tools
Print
Font Size:
Translation
Channels
Mondaq on Twitter
 
Mondaq Free Registration
Gain access to Mondaq global archive of over 375,000 articles covering 200 countries with a personalised News Alert and automatic login on this device.
Mondaq News Alert (some suggested topics and region)
Select Topics
Registration (please scroll down to set your data preferences)

Mondaq Ltd requires you to register and provide information that personally identifies you, including your content preferences, for three primary purposes (full details of Mondaq’s use of your personal data can be found in our Privacy and Cookies Notice):

  • To allow you to personalize the Mondaq websites you are visiting to show content ("Content") relevant to your interests.
  • To enable features such as password reminder, news alerts, email a colleague, and linking from Mondaq (and its affiliate sites) to your website.
  • To produce demographic feedback for our content providers ("Contributors") who contribute Content for free for your use.

Mondaq hopes that our registered users will support us in maintaining our free to view business model by consenting to our use of your personal data as described below.

Mondaq has a "free to view" business model. Our services are paid for by Contributors in exchange for Mondaq providing them with access to information about who accesses their content. Once personal data is transferred to our Contributors they become a data controller of this personal data. They use it to measure the response that their articles are receiving, as a form of market research. They may also use it to provide Mondaq users with information about their products and services.

Details of each Contributor to which your personal data will be transferred is clearly stated within the Content that you access. For full details of how this Contributor will use your personal data, you should review the Contributor’s own Privacy Notice.

Please indicate your preference below:

Yes, I am happy to support Mondaq in maintaining its free to view business model by agreeing to allow Mondaq to share my personal data with Contributors whose Content I access
No, I do not want Mondaq to share my personal data with Contributors

Also please let us know whether you are happy to receive communications promoting products and services offered by Mondaq:

Yes, I am happy to received promotional communications from Mondaq
No, please do not send me promotional communications from Mondaq
Terms & Conditions

Mondaq.com (the Website) is owned and managed by Mondaq Ltd (Mondaq). Mondaq grants you a non-exclusive, revocable licence to access the Website and associated services, such as the Mondaq News Alerts (Services), subject to and in consideration of your compliance with the following terms and conditions of use (Terms). Your use of the Website and/or Services constitutes your agreement to the Terms. Mondaq may terminate your use of the Website and Services if you are in breach of these Terms or if Mondaq decides to terminate the licence granted hereunder for any reason whatsoever.

Use of www.mondaq.com

To Use Mondaq.com you must be: eighteen (18) years old or over; legally capable of entering into binding contracts; and not in any way prohibited by the applicable law to enter into these Terms in the jurisdiction which you are currently located.

You may use the Website as an unregistered user, however, you are required to register as a user if you wish to read the full text of the Content or to receive the Services.

You may not modify, publish, transmit, transfer or sell, reproduce, create derivative works from, distribute, perform, link, display, or in any way exploit any of the Content, in whole or in part, except as expressly permitted in these Terms or with the prior written consent of Mondaq. You may not use electronic or other means to extract details or information from the Content. Nor shall you extract information about users or Contributors in order to offer them any services or products.

In your use of the Website and/or Services you shall: comply with all applicable laws, regulations, directives and legislations which apply to your Use of the Website and/or Services in whatever country you are physically located including without limitation any and all consumer law, export control laws and regulations; provide to us true, correct and accurate information and promptly inform us in the event that any information that you have provided to us changes or becomes inaccurate; notify Mondaq immediately of any circumstances where you have reason to believe that any Intellectual Property Rights or any other rights of any third party may have been infringed; co-operate with reasonable security or other checks or requests for information made by Mondaq from time to time; and at all times be fully liable for the breach of any of these Terms by a third party using your login details to access the Website and/or Services

however, you shall not: do anything likely to impair, interfere with or damage or cause harm or distress to any persons, or the network; do anything that will infringe any Intellectual Property Rights or other rights of Mondaq or any third party; or use the Website, Services and/or Content otherwise than in accordance with these Terms; use any trade marks or service marks of Mondaq or the Contributors, or do anything which may be seen to take unfair advantage of the reputation and goodwill of Mondaq or the Contributors, or the Website, Services and/or Content.

Mondaq reserves the right, in its sole discretion, to take any action that it deems necessary and appropriate in the event it considers that there is a breach or threatened breach of the Terms.

Mondaq’s Rights and Obligations

Unless otherwise expressly set out to the contrary, nothing in these Terms shall serve to transfer from Mondaq to you, any Intellectual Property Rights owned by and/or licensed to Mondaq and all rights, title and interest in and to such Intellectual Property Rights will remain exclusively with Mondaq and/or its licensors.

Mondaq shall use its reasonable endeavours to make the Website and Services available to you at all times, but we cannot guarantee an uninterrupted and fault free service.

Mondaq reserves the right to make changes to the services and/or the Website or part thereof, from time to time, and we may add, remove, modify and/or vary any elements of features and functionalities of the Website or the services.

Mondaq also reserves the right from time to time to monitor your Use of the Website and/or services.

Disclaimer

The Content is general information only. It is not intended to constitute legal advice or seek to be the complete and comprehensive statement of the law, nor is it intended to address your specific requirements or provide advice on which reliance should be placed. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers make no representations about the suitability of the information contained in the Content for any purpose. All Content provided "as is" without warranty of any kind. Mondaq and/or its Contributors and other suppliers hereby exclude and disclaim all representations, warranties or guarantees with regard to the Content, including all implied warranties and conditions of merchantability, fitness for a particular purpose, title and non-infringement. To the maximum extent permitted by law, Mondaq expressly excludes all representations, warranties, obligations, and liabilities arising out of or in connection with all Content. In no event shall Mondaq and/or its respective suppliers be liable for any special, indirect or consequential damages or any damages whatsoever resulting from loss of use, data or profits, whether in an action of contract, negligence or other tortious action, arising out of or in connection with the use of the Content or performance of Mondaq’s Services.

General

Mondaq may alter or amend these Terms by amending them on the Website. By continuing to Use the Services and/or the Website after such amendment, you will be deemed to have accepted any amendment to these Terms.

These Terms shall be governed by and construed in accordance with the laws of England and Wales and you irrevocably submit to the exclusive jurisdiction of the courts of England and Wales to settle any dispute which may arise out of or in connection with these Terms. If you live outside the United Kingdom, English law shall apply only to the extent that English law shall not deprive you of any legal protection accorded in accordance with the law of the place where you are habitually resident ("Local Law"). In the event English law deprives you of any legal protection which is accorded to you under Local Law, then these terms shall be governed by Local Law and any dispute or claim arising out of or in connection with these Terms shall be subject to the non-exclusive jurisdiction of the courts where you are habitually resident.

You may print and keep a copy of these Terms, which form the entire agreement between you and Mondaq and supersede any other communications or advertising in respect of the Service and/or the Website.

No delay in exercising or non-exercise by you and/or Mondaq of any of its rights under or in connection with these Terms shall operate as a waiver or release of each of your or Mondaq’s right. Rather, any such waiver or release must be specifically granted in writing signed by the party granting it.

If any part of these Terms is held unenforceable, that part shall be enforced to the maximum extent permissible so as to give effect to the intent of the parties, and the Terms shall continue in full force and effect.

Mondaq shall not incur any liability to you on account of any loss or damage resulting from any delay or failure to perform all or any part of these Terms if such delay or failure is caused, in whole or in part, by events, occurrences, or causes beyond the control of Mondaq. Such events, occurrences or causes will include, without limitation, acts of God, strikes, lockouts, server and network failure, riots, acts of war, earthquakes, fire and explosions.

By clicking Register you state you have read and agree to our Terms and Conditions